Et après une césarienne?

Publié le par grisouille

Au fil des jours, je lis, je relis... et hier, j'ai relu ces passages du livre "Pour une naissance heureuse", d'Isabelle Brabant:

"L'AVAC, comme on appelle l'accouchement vaginal après césarienne, était tout bonnement une hérésie au début des années 80. Ce n'est plus l'exploit que c'était alors, Dieu merci! Dans la plupart des régions, il est encouragé et son taux de succès est très intéressant ...(plus de détail dans la ci-dessous). Plus les hésitations du système médical tombent, plus les femmes se donnent le soutien dont elels ont besoin [...] plus elles obtiennent le genre d'accouchement qu'elles désirent. La littérature médicale montre qu'entre 75 et 90% des femmes qui tentent  un accouchement vaginal après une césarienne le réussissent, contre des taux de 50 à 75% dans la génération précédente." (édition 2001, p. 227)

"La sant des bébés nés après une tentative d'AVAC (même si elle devait se terminer par une césarienne) se compare favorablement à celle des bébés nés après une césarienne itérative. Pour les mères, les risques pour la santé sont nettement réduits: moins d'infections, de complications d'anesthésie, de pneumonies, de transfusions sanguines, etc. Le risque d'ne rupture significative de la cicatrice lors d'un AVAC, celui-là même qu'on a pensé éviter en refaisant une césarienne, est de 0,09 à 0,22%. Il pourrait requérir une césarienne d'urgence, c'est vrai. Pour comprendre son importance relative, disons que le risque d'avoir besoin d'une césarienne d'urgence, pour n'importe quelle raison, est 30 fois plus élevé!" (éditon 2001, p. 323-324)

En complément, je suis allée voir sur le site de césarine ce qu'il en est de l'AVAC en général:
http://www.cesarine.org/avenir/avac/
et ce qu'il en est du risque de rupture utérine:
http://www.cesarine.org/avenir/consequences/rupture/. Ce dernier lien est particulièrement intéressant au niveau des chiffres et il en ressort que oui, il y a un risque de rupture utérine mais que celui-ci n'est pas démesurément plus élevé que pour un autre accouchement! Il est cité sur cette page le chiffre de 0,08% de ruptures utérines, tous accouchements confondus. Après une césarienne, plusieurs chiffres sont cités, mais le taux moyens reste inférieur à 5 pour 1000 accouchements. Bien sûr, un transfert à l'hôpital s'impose si ça arrive, mais le taux de mortalité infantile est très faible dans ce cas ( 0,014 % contre 0,65% toutes causes confondues). Pour la mère, les décès sont extrêmement rares et aucun chiffre n'est cité sur le site de césarine.

De plus, le déclenchement et l'utilisation d'ocytocine (toujours selon césarine.org) sont des facteurs augmentant le risque. Sachant que ces statistiques proviennent d'accouchement en milieu hospitalier, il est possible qu'une partie de ces déchirures soit la conséquence de ces interventions, à domicile ce risque pourrait être consédéré comme moindre, surtout en respectant la physiologie de l'accouchement.

Toutes ces recherches me confirment mon intuition première comme quoi je peux accoucher chez moi après une césarienne. Bien sûr, ces recherches me sont utiles et je serait attentive si je sens que quelque chose ne va pas et si j'ai une raison de penser qu'une déchirure à eu lieu, j'irais à l'hôpital en urgence. Mais à nouveau, vu l'ampleur du risque, je choisi de l'assumer. Car, quoi qu'on fasse dans la vie, il y a toujours un risque.

Publié dans grossesse et naissance

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Fleur de Ja 05/12/2008 14:27

merci

c'est tres interessant

j'ai moi meme envie d'accoucher par voix basse chez moi mais bon il me faut encore du temps car boubou n'a que 4 mois avant d'envisager une grossesse

grisouille 26/05/2009 10:20


Quand le moment sera venu, n'hésite pas si tu as besoin de soutien et/ou d'infos 


talane 04/12/2008 11:09

Des chiffres rassurants et qui sont très peu connues.
Tu ouvres la voie pour d'autres personnes.